Dispositifs

Emploi et Formation

Garantie jeunes

C’est un parcours intensif d’accès à l’emploi et à la formation fondé sur le « donnant-donnant ». Pendant 1 an, le jeune alterne ateliers de mobilisation, séance de coaching et périodes de mise en situation professionnelle afin de construire son projet professionnel, de développer ses compétences et de trouver un emploi. Une aide financière mensuelle de 443€ lui est versée par l’Etat.

La Garantie jeune offre des opportunités d’immersion et d’apprentissage mutuel, en appuyant les besoins de recrutement des employeurs qui misent sur les compétences et le potentiel des jeunes, plutôt que sur leurs diplômes. Le dispositif est actuellement expérimenté par les Missions Locales franciliennes. En 2015, 2 600 jeunes environ seront concernés.

La Garantie Jeunes (en savoir plus, site de la DIRECCTE-IdF)

Les Emplois francs

Qu’est ce que c’est ?

C’est un emploi aidé financièrement par l’Etat. Une entreprise embauchant un demandeur d’emploi résidant en quartier prioritaire de la politique de la ville (QPV) en CDI ou en CDD d’au moins 6 mois entre le 1er avril 2018 et le 31 décembre 2019, bénéficie d’une aide financière. Le dispositif est expérimental. Il ne concerne pour l’heure que les résidents de trois territoires en Ile-de-France.

Quels sont les quartiers concernés ?

La personne recrutée doit résider dans l’un des quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) des territoires franciliens suivants :

  • tout le département de Seine-Saint Denis
  • les agglomérations de Roissy Pays de France et de Cergy-Pontoise dans le Val d’Oise
  • le territoire de Grand Paris Sud Seine Essonne Sénart englobant Évry et Grigny dans l’Essonne et la Seine-et-Marne


La liste complète des quartiers concernés figure sur le site internet du ministère du Travail.
La logique des emplois francs est attachée à la personne recrutée. C’est donc l’adresse de la personne que recrutée qui compte et non pas l’adresse de l’entreprise

Quel est le montant de l’aide ?

Pour un temps plein :

  • 5 000 euros par an sur 3 ans pour une embauche en CDI ;
  • 2 500 euros par an sur 2 ans maximum pour une embauche en CDD d’au moins 6 mois.
  • Ces montants sont proratisés en fonction du temps de travail et de la durée du contrat

Quelles sont les conditions à remplir pour prétendre à l’aide ?

  • Embaucher un demandeur d’emploi, inscrit à Pôle emploi, qui réside dans l’un des quartiers faisant partie de l’expérimentation.
  • Embaucher cette personne en CDI ou en CDD d’au moins 6 mois entre le 1er avril 2018 et le 31 décembre 2019.
  • Être une entreprise ou une association affiliée à l’assurance chômage.
  • Ne pas embaucher une personne ayant fait partie de l’entreprise dans les 6 mois avant sa date d’embauche.
  • Ne pas avoir procédé, dans les 6 mois précédant l’embauche, à un licenciement pour motif économique sur le poste à pourvoir.

Si ces conditions sont remplies, l’entreprise peut recruter un demandeur d’emploi en Emploi franc :

  • quel que soit son âge ;
  • quel que soit son niveau de diplôme ;
  • quelle que soit son ancienneté d’inscription à Pôle emploi ;
  • quel que soit son temps de travail au moment de l’embauche ;
  • quelle que soit sa rémunération au moment de l’embauche.
En savoir plus : Consulter la rubrique consacrée aux emplois francs sur le site internet du ministère du Travail

 

Conseil en Evolution Professionnelle (CEP)

Texte extrait de la page « Qu’est-ce que le CEP ? » du site d’Uniformation

Le CEP est un dispositif de formation créé par la loi du 5 mars 2014 qui permet à chacun de disposer d’une prestation de conseil en évolution professionnelle, dont l’objectif est de favoriser l’évolution et la sécurisation de son parcours professionnel.

Toute personne peut bénéficier d’un CEP tout au long de sa vie professionnelle. Gratuit, il est accessible à tous, quel que soit son statut.

Le CEP permet à son bénéficiaire de disposer d’un temps d’écoute et de travail sur son parcours professionnel. Ce dernier est suivi par un référent CEP afin :

  • d’élaborer une stratégie d’évolution lui permettant de construire ou de préciser son projet professionnel,
  • de cerner les compétences ou les qualifications à faire reconnaître, à acquérir ou à développer,
  • de construire un plan d’action lui permettant d’identifier les interlocuteurs, les leviers et les financements disponibles pour mettre en œuvre son projet professionnel comprenant ou non une action de formation.

Le CEP est décliné en trois temps d’accompagnement :

Niveau 1. Un accueil individualisé
Il permet au bénéficiaire d’analyser sa situation professionnelle, de décider ou non de la poursuite de ses démarches et d’identifier les acteurs susceptibles de l’y aider.

Niveau 2. Un conseil personnalisé
Le bénéficiaire dispose d’un référent Mission Locale qui le suit tout au long du processus de conseil et l’accompagnera. Ce second temps permet au bénéficiaire de construire et formaliser son projet professionnel et élaborer une stratégie pour le réaliser. A l’issue de cette étape est remis au bénéficiaire un dossier de suivi.

Niveau 3. Un accompagnement à la mise en œuvre du projet professionnel
Le référent CEP est amené à accompagner la construction du plan d’actions, d’un projet de formation et à soutenir la réalisation du projet de manière globale.
À cette étape, le référent doit établir un dossier écrit (dont une copie est remise au salarié), où doivent figurer : la description du projet d’évolution professionnelle du bénéficiaire, la stratégie de mise en œuvre, le plan d’actions, l’éventuel plan de formation.

Le Conseil en évolution professionnelle sur le site CEP d’Uniformation

Période de mise en situation en milieu professionnel (PMSMP)

La PMSMP, ou Immersion professionnelle, est un dispositif qui permet au jeune de passer un temps dans l’entreprise pour :

  • découvrir un métier ou un secteur d’activité,
  • confirmer un projet professionnel,
  • ou initier une démarche de recrutement.

La PMSMP permet à des jeunes de définir ou tester leur projet professionnel en situation réelle de travail. La période d’un mois au maximum, peut être à temps plein ou à temps partiel. Chacun peut effectuer plusieurs PMSMP dans différentes structures.
Un tuteur est désigné dans l’entreprise pour accueillir, aider, informer, guider et évaluer le jeune.

Pendant la PMSMP, l’entreprise ne rémunère pas la personne qui garde son statut antérieur : demandeur d’emploi, salarié… ainsi que l’indemnisation ou la rémunération afférente.

Il bénéficie d’une protection accidents du travail/maladie professionnelle pendant l’immersion professionnelle.

PMSMP (en savoir plus, site du Gouvernement)

Remonter au sommet de la page